Chat albinos : Causes, spécificités, santé. Tout savoir !

Le chat albinos est entouré de mystères, et bien des maîtres se demandent dans quelle mesure la couleur d’un animal peut impacter son état de santé.

En effet, qui n’a jamais entendu dire que tous les chats blancs étaient sourds ? Mais les chats blancs sont-ils vraiment albinos ?

Pour répondre à toutes ces questions, je vous propose aujourd’hui de nous pencher de plus près sur le chat albinos, ses spécificités, sa santé, et ses différences avec le chat blanc.

L’albinisme chez le chat, c’est quoi ?

L’albinisme est une maladie génétique qui se caractérise par un trouble de la pigmentation partielle ou totale du corps du chat.

Même si la définition officielle de l’albinisme décrit cette anomalie génétique comme une maladie, il convient de noter que ce n’est ni une pathologie contagieuse ni un trouble létal ou handicapant pour le chat.

De fait, rien ne justifie l’euthanasie de chatons blancs – qui, par ailleurs, ne sont pas forcément albinos, par mesure de précaution ou sous prétexte d’abréger leurs souffrances. Un chat albinos ne souffre pas de son état.

Le trouble de la pigmentation causée par l’albinisme touche la peau, les poils et les iris. Contrairement à une idée reçue, les chats albinos n’ont pas les yeux rouges, mais rosés, bleus, marron ou vairons (un œil marron et un œil bleu).

Chez le chat, on a identifié plusieurs gènes responsables de différentes formes d’albinisme. Étonnamment, le chat albinos le plus connu est… Le Siamois ! Et non, il n’est pas blanc.

Les différents types de chats albinos

La robe colourpoint, rendue célèbre par le populaire Siamois, est une forme d’albinisme que l’on rencontre chez bien des animaux, mais pas chez les humains.

Le pelage du chat a typiquement les extrémités plus foncées, et ce parce qu’elles sont plus froides. La robe colourpoint est donc susceptible d’évoluer avec le temps et, surtout, ne se dessine pas encore chez les chatons nouveau-nés, restés bien au chaud dans le ventre de leur mère.

Les chatons colourpoint naissent donc blancs, puis leurs extrémités se colorent tandis que les pigments bruns se fixent sur les parties de son corps les plus froides.

Les chats colourpoint ont obligatoirement les yeux bleus, et sont sujets aux troubles oculaires, notamment aux strabismes, directement liés à leur albinisme. (1)

Le chat blanc albinos, qui peut aussi présenter des tâches noires, est sans doute celui qui fait le plus parler de lui. Ses yeux sont bleus, marron, ou « rosés ».

On le distingue du chat blanc non albinos par sa peau très pâle, qui peut être très sensible au soleil et à l’action cancérigène des UV.

Les yeux du chat albinos peuvent être tout aussi sensibles, notamment lorsqu’ils sont bleus ou rosés. Quand on parle d’œil rosé, il s’agit en réalité d’un œil transparent, qui laisse voir les vaisseaux sanguins de l’iris, ce qui donne une teinte un peu rose.

Les chats blancs tachetés de noir ou de toute autre couleur peuvent aussi présenter des formes d’albinisme partiel.

Certaines races, comme le Burmese Américain, ont aussi leur propre albinisme qui exprime une robe aux contrastes inversés.

En définitive, l’albinisme est une anomalie qui peut prendre bien des formes chez le chat et ne saurait être cantonnée aux poils blancs et aux yeux rouges.

Sa forme la plus commune est, par ailleurs, celle du Siamois, dont les yeux sont bleu clair, et donc le poil est crème et brun.

Différence entre le chat blanc et le chat albinos

Le chat blanc souffre d’une mauvaise réputation, et notamment de celle d’être sourd comme un pot. Il est vrai que de nombreux chats blancs sont atteints de surdité bilatérale ou latérale, mais cela n’a pas grand-chose à voir avec l’albinisme.

Tout d’abord, il est essentiel de noter que tous les chats blancs ne sont pas des albinos, loin de là, ce qui semble logique puisque tous les albinos ne sont pas blancs.

Les robes blanches du chat sont portées par un gène encore mal identifié, qui empêche la migration des mélanocytes, cellules responsables de la pigmentation, vers les poils et, parfois, les iris, du chat au moment du développement embryonnaire.

Ce mécanisme est différent de l’albinisme, et n’a pas les mêmes conséquences. L’albinisme semble bel et bien lié à des troubles oculaires chez le Siamois, mais n’a jamais été relié à la surdité du chat.

La robe blanche non albinos, en revanche, est indéniablement liée à la surdité, et on estime que 50% des chats blancs seraient sourds.

Dans les faits, il semblerait que tous les chats blancs soient porteurs du gène de la surdité, mais que tous ne l’expriment pas. Par ailleurs, le chaton blanc ne nait pas sourd, mais le devient.

La dégénérescence de son ouïe débute vers l’âge d’une semaine, et se termine vers ses trois semaines. C’est un trouble irréversible.

Il semblerait également que la couleur du poil ne soit pas le seul facteur influençant la surdité du chat blanc, même si l’implication d’autres gènes n’est pas encore très bien élucidée.

La longueur du pelage semble déterminante, tout comme la couleur des iris. Aussi, un chat blanc aux yeux bleus a 65% de chance d’être complètement sourd, tout comme 75% des chats blancs à poil long.

Pour autant, il n’est pas indispensable de faire une fixation sur la surdité du chat blanc même si, pour des raisons de bien-être animal, les éleveurs doivent s’appliquer à éliminer cette tare en évitant les reproductions risquées.

Quand elle est unilatérale, la surdité ne pose aucun problème chez le chat blanc, et il peut vivre sa vie de matou sans s’apercevoir qu’il est différent des autres.

La surdité bilatérale est plus embêtante, surtout quand le maître ne l’a pas remarqué. Un chat sourd devrait être soigneusement gardé en intérieur dès son plus jeune, car il est particulièrement exposé aux dangers extérieurs qu’il n’entend pas venir.

Toutefois, le chat sourd est capable de compenser, dans une certaine mesure, son handicap en développant davantage ses autres sens.

Il est plus attentif à d’autres types de signaux, ressent mieux les vibrations du sol et de l’air et observe davantage ses congénères et les humains pour les décrypter.

En revanche, il peut être difficile pour le maître de s’adapter à son animal. Les humains aiment en effet beaucoup parler à leurs boules de poils, mais avec un chat blanc dur de la feuille, il convient de trouver un autre moyen de se faire comprendre.

Questions fréquemment posées sur le chat albinos

Les chats albinos sont-ils tous blancs ?

Non, les chats albinos ne sont pas tous blancs. La plupart d’entre eux sont des coulorpoint, une robe que l’on connaît bien pour être celle du Siamois.

On trouve aussi des albinos partiels, qui ont un pelage blanc tacheté, et des formes d’albinisme spécifiques, comme dans le cas de la robe du Burmese Américain inversée.

Les chats albinos ont-ils les yeux rouges ?

Le plus souvent, les chats albinos ont les yeux bleu clair, notamment dans le cas des colourpoint, à savoir des Siamois.

Les chats blancs albinos, eux, ont le plus souvent les yeux bleu, marron et vairon (un œil bleu et un œil marron).

Certains albinos ont les yeux « rosés », avec un iris en réalité très translucide qui laisse entrevoir les vaisseaux sanguins de l’oeil donnant cette coloration particulière.

Les chats albinos sont-ils sourds ?

Les chats albinos ne sont pas prédisposés à la surdité, comme c’est le cas des chats blancs. Il ne faut pas confondre ces deux caractéristiques, car tous les chats blancs ne sont pas albinos, et vice-versa.

Chez le chat blanc, la surdité n’est pas systématique, et n’est certainement pas suffisamment handicapante pour justifier l’euthanasie ou l’abandon de l’animal.

Quelle est la différence entre un chat blanc et un chat albinos ?

Le chat blanc et le chat albinos peuvent avoir la même couleur, mais celle-ci n’est pas produite par le même mécanisme génétique.

Un chat albinos total aura la peau et les iris pâles, plus sensibles au soleil et aux effets cancérigènes des UV, quand la peau du chat blanc non albinos peut être pigmentée.

Les chats albinos ne sont pas seulement les chats blancs aux yeux rouges qu’on imagine, et il existe un grand nombre d’albinismes différents donnant lieu à des troubles de la pigmentation variés.

Si on sait que les Siamois, atteints d’un albinisme spécial, sont sujets aux troubles oculaires, les chats albinos blancs sont, eux, souvent en parfaite santé. Toutefois, ils demeurent plus sensibles aux coups de soleil, et il est important de les en protéger pour leur éviter de développer un cancer de la peau.

Loin de l’image que l’on peut s’en faire, les chats albinos ne sont donc pas seulement des animaux au pelage immaculé, mais aussi des coulorpoint, des Burmese, des chats bicolores… Et bien d’autres matous, pas si différents des autres.

Il vous reste des questions sur les chats albinos, leurs robes et leur santé ? Posez-les-nous en commentaire de cet article !


Laisser un commentaire