Accueil » Adopter un chat : comment s’y prendre ?

Adopter un chat : comment s’y prendre ?

Afficher Masquer le sommaire

Trouver un chat à adopter est généralement très facile, et pour cause, les refuges et associations de protection des animaux débordent de petits félins à la recherche d’une famille pour vivre enfin la vie qu’ils méritent.

Puisqu’il vous faudra passer le reste de votre vie avec votre compagnon à fourrure, il faut cependant prendre soin de choisir un animal qui vous correspond et de ne pas craquer pour la première boule de poils venue.

Aussi, la couleur et la beauté du pelage du chat que vous allez adopter devraient être les derniers critères à prendre en compte, quand son caractère va jouer un rôle majeur dans votre future relation.

Trouver un chat à adopter en refuge

Les refuges sont des structures à but non lucratif accueillant les chats perdus, abandonnés, ou confisqués à leurs maîtres pour cause de maltraitance.

Les animaux étant encore par trop négligés dans nos sociétés, les abandons sont encore très nombreux, et les refuges sont souvent pleins à craquer.

La France, tristement championne européenne du domaine, ne compte pas moins de 100 000 animaux abandonnés chaque année, un chiffre en constante augmentation.

Adopter un chat qui a été recueilli par une association est donc une magnifique action, qui permet à la fois de sauver la vie de l’animal, mais également de libérer une place qui permettra à l’organisme de recueillir un nouveau matou sans famille.

Malheureusement, les refuges et les associations souffrent énormément de préjugés nuisant à leurs petits pensionnaires, bon nombre de maîtres pensant que ces structures n’accueillent que des animaux âgés, blessés ou malades, ou uniquement des chats de gouttière farouches, voire carrément sauvages.

Ces idées préconçues sont très loin de coller à la réalité, et les associations sont débordées de chatons abandonnés devant leurs locaux – voire à même la rue, dans un fossé ou dans une poubelle – généralement à la suite de reproductions non voulues par des maîtres qui ne prennent pas la peine de faire stériliser leurs animaux.

Tomber sur un maître négligent ou malveillant n’est pas l’apanage des chats de gouttière, et on trouve aussi beaucoup de chats de race en refuge.

Pour cause, ces derniers sont les premières victimes des effets de modes, et sont souvent adoptés uniquement pour leur beauté, ce qui les rend susceptibles de tomber sur des maîtres peu attentionnés, mal informés sur leurs besoins et peu enclins à accepter les contraintes qui vont avec l’adoption d’un chat.

Les chats de races sont donc souvent abandonnés par des maîtres qui s’aperçoivent soudain qu’un chat n’est pas une jolie peluche, mais un animal qui demande de l’attention et, parfois, quelques sacrifices.

De plus, les chats de races sont malheureusement parfois adoptés à de mauvaises fins, et sont concernés par un phénomène particulier : les « reproductions sauvages ».

Les reproductions sauvages sont des reproductions effectuées par des amateurs dans le but de tirer un revenu de leur chat, sans déclarer leur activité (il est obligatoire depuis de 2016 d’avoir un numéro de Siren pour vendre des chatons ou des chiots).

Ces reproductions sont ainsi effectuées sous les radars des organisations officielles sensées veiller au bien-être des animaux reproducteurs et des chatons, ainsi qu’à la rigueur des sélections, notamment pour éviter les problèmes de consanguinité.

Ce type de situation peut conduire à la confiscation des animaux, notamment lorsqu’ils sont maltraités, et ces derniers atterrissent alors en refuge. Une situation qui peut sembler alambiquée, mais est en réalité plutôt commune. (1)

Enfin, les animaux des refuges sont loin d’être tous de vieux chats, loin de là. Comme nous l’avons exposé plus tôt, les abandons de portées entières de chatons sont très fréquents.

Par ailleurs, les matous qui se perdent tous seuls et qui, faute d’être identifiés, ne sont jamais rendus à leurs propriétaires, ont généralement moins de 5 ans, âge auquel ils explorent davantage leur environnement.

Si vous avez peur que vos choix soient limités en allant trouver votre futur chat dans un refuge, je vous conseille donc fortement d’aller y faire un tour avant de prendre une décision.

Vous apercevrez vite que les refuges accueillent des animaux de toutes les tailles, de toutes les couleurs, de toutes les races, de tout âge, aussi bien des mâles que des femelles, et la plupart débordant d’affection et n’espérant qu’une chose : un nouveau maître qui les aimera autant qu’eux l’aimeront.

Trouver un chat à adopter chez un éleveur

Comme pour les chiens, il existe des éleveurs félins professionnels qui proposent à la vente des chats de race pure.

Ces animaux peuvent séduire les maîtres qui recherchent des caractéristiques spécifiques chez leurs compagnons, mais il est essentiel de vous questionner sur la pertinence de ces critères que vous choisissez de prendre en compte.

En effet, les chats de races attirent malheureusement souvent les maîtres profanes, qui ne s’intéressent qu’à la beauté de leur fourrure et la morphologie de leur visage.

On aime le long poil du Ragdoll, le regard hypnotisant du Chartreux, le nez plat Persan et les adorables oreilles du Scottish, mais on ne se penche que trop rarement sur le caractère de ces animaux.

Pour ne pas participer au phénomène d’abandon et de maltraitance féline, je vous invite à bien vous renseigner non seulement sur le caractère du chat de race qui vous intéresse, mais également sur ses besoins et les efforts que vous devrez mettre en œuvre pour les combler.

En effet, tous les chats ont des besoins. Tous les Persans, par exemple, chats réputés si calmes et placides, devront s’occuper un peu la journée, explorer, observer et même jouer.

Tous les Siamois, aussi bavards et énergiques qu’ils puissent être, ont besoin d’une aire de repos calme où ils pourront faire la sieste tranquillement, sans que personne ne vienne les déranger.

Enfin, il est essentiel de noter qu’un chat ne correspond pas toujours aux standards de sa race, même si c’est bien là tout le principe des sélections.

De telles « anomalies » surviennent plus fréquemment qu’on ne le pense, il faut donc garder dans un coin de votre esprit que vous pouvez très bien vous retrouver avec un Persan surexcité, alors que vous cherchiez un chat calme, ou un Siamois timide et distant, alors que vous vouliez un compagnon très présent.

Adopter un animal est un engagement sur le long terme, et cela implique donc d’essayer de prévoir l’imprévisible, en ayant toujours en tête un plan B, une solution pour vous adapter à la situation au cas où tout ne se passerait pas comme prévu, notamment si votre chat n’a pas le caractère que vous espériez.

Trouver un chat à adopter sur internet

Internet regorge de petites annonces proposant des chats à vendre ou à donner. Comme en refuge, vous trouverez des animaux de tout âge, de toute taille et de toute race sur des sites généralistes (comme leboncoin.fr).

Il est important de faire preuve de prudence si vous envisagez d’adopter un chat via une annonce sur Internet, notamment lorsque l’animal est à vendre et non à donner.

De nombreux particuliers procèdent en effet à des élevages sauvages, faisant reproduire leurs animaux dans l’optique d’arrondir leurs fins de mois sans avoir de numéro de Siren ni ne s’être inscrit auprès des entités officielles qui contrôlent le bien-être des animaux reproducteurs.

Pour le bien de ces animaux, utilisés pour générer du revenu sans aucune garantie quant à leur bien être, il est nécessaire de veiller à ne pas encourager ce type d’activités en achetant des chatons issus d’élevages non déclarés pouvant impliquer de la souffrance animale.

Il faut également garder en tête que le trafic d’animaux est bien plus fréquent que ce que l’on voudrait bien le croire.

Un jeune chat de race en parfaite santé qui serait vendu à un prix significatif, mais somme toute inférieur à celui qu’il vaut, devrait vous inspirer une grande méfiance. Il est fort possible qu’il ait été volé, et que ses maîtres légitimes le recherchent désespérément. (2)

Enfin, si vous adoptez un chaton auprès d’un particulier, assurez-vous qu’il ait été correctement sevré. Un petit chat doit rester au moins deux mois auprès de sa mère avant d’en être séparé.

Vendre ou donner un chaton de moins de 8 semaines est interdit par la loi française, car cela est considéré comme un acte de maltraitance étant donné le traumatisme que cela implique pour le chaton, ainsi que le danger que cela représente pour sa santé s’il n’est encore capable de bien se nourrir.

Il est bien sûr possible de déroger à cette règle lorsque la mère des chatons est morte, mais si vous choisissez d’adopter un petit chat non sevré, préparez-vous à devoir en prendre soin nuit et jour jusqu’à ce qu’il soit âgé de 8 mois.

Notez que sauver un petit chaton orphelin est une belle action, mais demande quelques connaissances, un peu de matériel spécifique et beaucoup de disponibilité.

Questions fréquemment posées sur la façon de trouver un chat à adopter

Comment trouver un chat à adopter ?

Vous pouvez trouver un chat à adopter dans un refuge ou au sein d’une association de protection animalière qui recueille les animaux perdus, abandonnés ou maltraités. Vous pouvez aussi adopter un chat trouvé après avoir suivi la procédure d’adoption.

Il est également possible de vous tourner vers des particuliers, notamment à travers des annonces en ligne, ou vers des éleveurs professionnels.

Il est cependant important de vous méfier des éleveurs amateurs, qui peuvent très bien pratiquer des « reproductions sauvages » mettant en péril le bien-être des animaux reproducteurs et de leurs chatons.

Pourquoi adopter un chat en refuge ?

Adopter un chat en refuge permet de sauver un animal, et de ne pas encourager les reproductions sauvages et non voulues qui participent grandement au phénomène de maltraitance et d’abandon.

C’est aussi un moyen de désengorger les refuges, malheureusement toujours remplis d’animaux qui attendent désespérément une famille.

Où adopter un chat ?

La meilleure chose à faire est d’adopter un chat en refuge, auprès d’une association qui recueille les animaux maltraités, abandonnés ou trouvés errants sur la voie publique.

Il est également possible de vous tourner vers un éleveur professionnel sérieux, qui propose des chatons de race élevés dans des conditions assurant leur bien-être et celui de leurs parents.

Il faut en revanche vous méfier des éleveurs amateurs, qui sont non seulement dans l’illégalité, mais ne sont également affiliés à aucune organisation officielle veillant au bien-être de leurs animaux.

Où trouver un chaton gratuit à adopter ?

De nombreux particuliers proposent de donner des chatons gratuitement via des annonces en ligne sur Internet. Les refuges et associations proposent aussi des chatons à l’adoption, généralement en échange d’un don libre.

L’adoption se fait néanmoins généralement sous contrat, c’est-à-dire que le maître est obligé de faire identifier et stériliser son chat pour pouvoir le garder, ce qui implique des frais.

Vous rêvez d’adopter un chat, mais vous ne l’avez pas encore trouvé ? Pourquoi ne pas vous tourner vers les refuges pleins à craquer de boules de poils qui attendent une nouvelle famille ?

Quel que soit l’endroit où vous irez chercher votre nouvel ami à fourrure, n’oubliez pas qu’il est extrêmement important de vous intéresser davantage à son caractère qu’à son physique pour déterminer si vous pourrez vous entendre toute sa vie durant.

Adopter un chat est en effet un engagement à prendre sur le long terme, nos petits félins domestiques pouvant aisément vivre plus de 18 ans.

Vous avez adopté un chat ? Où vous l’êtes-vous procuré, et comment se passe votre cohabitation ? Partagez votre expérience en commentaire de cet article !

Partagez votre avis