Chat géant : races, causes, particularités

Beaucoup de maîtres rêvent d’adopter un chat géant, dont le gabarit hors norme peut donner l’impression de posséder un véritable fauve.

Il faut dire que ces matous bien charpentés ont souvent une prestance qui les distingue de tous autres, et qu’ils passent rarement inaperçus quand ils font leur entrée quelque part.

Pour ne rien gâcher, la plupart des chats géants sont issus de races réputées pour leur douceur, leur gentillesse et leur affection, qui font des compagnons complices et proches de leur maître.

Intéressons-nous aux origines et aux particularités du chat géant ainsi qu’à sa santé particulière.

Chat géant, qu’est-ce que c’est ?

Un chat géant est un animal dont le gabarit est nettement supérieur à celui de ses congénères – par « congénères », on entend ici les gentils chats de gouttière, largement surreprésentées dans la population féline.

On distingue les chats géants qui sont simplement des animaux de très grande taille, généralement du fait de leur race, des chats atteints de gigantisme, une maladie provoquant une croissance anormale.

Il n’existe pas, à proprement parler, de définition du chat géant qui mentionnerait une limite de poids ou de taille à partir de laquelle l’animal passe de la catégorie « normal » ou « grand » à celle de « géant ».

Qualifier un chat de géant se fait donc à l’appréciation de chacun, en fonction de son poids, de sa taille au garrot ou de sa longueur du bout de son nez à la pointe de sa queue.

On parlera toutefois de chat géant quand l’animal est relativement bien proportionné : un chat de taille moyenne pesant plus lourd que la normale n’est sans doute pas un chat géant, mais un chat en obésité morbide.

Le chat géant de grande race

Les chats géants de grande race sont tout simplement des animaux dont le gabarit est supérieur à celui des matous les plus communs, ceux que l’on croise dans les rues et qui font figure de référence, à savoir les chats européens, aussi nommés chats de gouttière ou chat haret.

Le poids moyen d’un chat de gouttière bien proportionné est d’environ 4,5kg. Il varie le plus souvent de 2,5kg à 5,5kg.

Les femelles sont un peu plus petites que les mâles, avec un poids moyen qui tourne autour de 3,5 kilos, bien que le dimorphisme sexuel ne soit pas très marqué.

La taille moyenne des chats de gouttière va de 20cm à 25cm au garrot (du sol à la base du cou), et sa longueur du bout du museau à la pointe de la queue est d’environ 70cm (environ 45cm pour le corps et 25cm à 30cm pour la queue).

Tous les chats qui dépassent ces mesures sont considérés comme grands. Lorsque leur gabarit est beaucoup plus important, on peut parler de très grands chats, puis, quand ils sont véritablement hors-norme, de chats géants.

Les chats de gouttière géants sont extrêmement rares, mais certaines races ont mené des sélections pour obtenir des animaux de gabarits plus importants.

Un Main Coon, par exemple, peut donc paraître naturellement géant par rapport à un chat de gouttière, sans qu’il ne soit pour autant particulièrement grand par rapport à ses congénères de la même race.

Par souci de cohérence, on parle donc plutôt de chat géant quand l’animal est sensiblement plus grand que la moyenne observée par les autres chats de la même race.

Le chat atteint de gigantisme

Le gigantisme est une maladie que l’on retrouve chez la plupart des animaux – et chez l’humain. Il s’agit d’un trouble hormonal engendrant une croissance anormale de l’organisme, qui se développe alors hors des normes observées au sein de son espèce.

Le terme de « gigantisme » fait d’ailleurs directement référence au mot « géant », mais ne correspond pas à l’appellation médicale de ce trouble, qui répond au doux nom d’acromégalie.

L’acromégalie est généralement causée par la présence d’une tumeur bénigne au niveau de l’hypophyse, une glande située dans le cerveau chargée de sécréter une hormone de croissance, la somatotrophine.

Elle est plutôt rare chez les animaux, mais demeure plus répandue chez le chat que chez le chien. Par ailleurs, il est très probable qu’elle soit sous-diagnostiquée, les chats souffrant de gigantisme pouvant être tout simplement pris pour de grands chats.

Même si elle est potentiellement souvent ignorée, l’acromégalie a des conséquences sévères sur la santé des chats.

Elle provoque l’apparition d’un diabète sucré, et ce sont d’ailleurs les chats diabétiques suivis pour cette maladie qui sont le plus souvent diagnostiqués comme atteints de gigantisme.

Il s’agit d’une pathologie qui évolue lentement, si bien que de nombreux maîtres ne remarquent pas les changements physiques qui se produisent peu à peu chez leur chat.

Les changements qu’elle occasionne sont pourtant typiques : élargissement de la tête et des pattes, prognathisme sévère de la mâchoire inférieure, pelage sale et abimé et distension abdominale (due à la croissance des organes internes) sont symptomatiques de la maladie.

Dans les cas sévères, l’acromégalie provoque des difficultés respiratoires dues à un épaississement des tissus du palais et du larynx de l’animal. 

Des troubles cardiaques accompagnent également le gigantisme, ainsi que des signes neurologiques, notamment une léthargie prononcée pouvant évoluer vers un coma fatal, des troubles oculaires pouvant mener à la cécité, une insuffisance rénale chronique et des troubles de la mobilité.

Il est possible de traiter l’acromégalie féline en intervenant sur la tumeur en cause, en prenant en charge les conséquences du diabète et/ou en proposant des inhibiteurs d’hormones de croissance, mais les résultats ne sont pas toujours satisfaisants et, en règle générale, le pronostic du chat est sombre. (1)

Les races de chats géants

Si le gigantisme est une maladie qui peut toucher tous les chats, les animaux dont la grande taille n’est pas due à un trouble quelconque sont généralement issus de races particulières.

Notons que chez les chats issus de races particulièrement massives, le dimorphisme sexuel est plus marqué que chez les petits chats, et les mâles sont souvent significativement plus gros que les femelles, et plus susceptibles de devenir de véritables géants.

Le Savannah est la race de chats qui détient le record de l’animal le plus haut, avec une taille au garrot de 43cm – près du double de celle d’un chat « normal ».

Les Savannah, avec leur pelage tacheté, ont des allures de fauves du désert particulièrement élégantes. Ils sont réputés bavards, actifs et affectueux.

Le Maine Coon est sans doute le chat le plus connu pour sa grande taille, mais il brille en réalité par sa longueur plutôt que par sa hauteur. Le spécimen qui détient le record du chat le plus long est un Maine Coon mesurant 1,20m du bout de la queue au bout du nez.

Son poil long et épais le fait souvent passer pour encore plus gros qu’il ne l’est, mais derrière son gabarit impressionnant, le Maine Coon est un chat affectueux, qui peut toutefois avoir un peu de caractère et apprécie généralement les grands espaces – il peut être difficile de le rendre heureux en intérieur.

Plus svelte que le Maine Coon, le Norvégien est aussi plus haut et peut atteindre les 40 cm au garrot, concurrençant presque le Savannah.

Sa tête, qui se termine par un museau imposant, a des airs aussi nobles que redoutables. Derrière cette apparente férocité, c’est un chat connu pour son caractère particulièrement doux et sa grande rusticité.

Le Highlander Lynx, qui pèse entre 7kg et 9kg en moyenne – pour le mâle – a lui aussi une belle carrure, proche de celle de son cousin sauvage, le lynx.

C’est une race encore nouvelle, dont les standards ne sont pas forcément définitifs, mais on le considère comme un chien-chat, qui a tendance à suivre son maître partout et s’avère très câlin.

Enfin, le Ragdoll, cette  adorable « poupée de chiffon » aux poils particulièrement soyeux, fait aussi partie des plus gros chats que l’on peut rencontrer, avec une hauteur au garrot dépassant parfois les 35 cm.

Le Ragdoll est l’exemple même du chat à sa mèmère, qui aime coller ses maîtres pour se sentir rassuré et vivra généralement plus heureux en intérieur que dehors, où presque tout lui donne la chair de poule…

D’autres chats, comme l’impressionnant Chausie avec ses airs de pumas, le Chartreux ou encore le British Shorthair sont aussi des animaux assez massifs, qui, sans être géants, dépassent volontiers le gabarit d’un chat de gouttière.

Toutefois, il est essentiel de garder en tête que le gabarit de votre futur compagnon ne doit pas être le seul aspect à prendre en compte avant de choisir la boule de poils qui partagera votre vie pour les 15 ou 20 années à venir.

Les plus gros chats, comme les tout petits, ont tous des besoins et des caractères bien à eux, qui ne correspondent pas toujours aux standards de leur race et méritent d’être pris en compte pour définir si vous ferez bon ménage sur le long terme.

Adopter un chat avec qui vous pourrez vous entendre et nouer une relation forte est bien plus important que choisir un animal pour la beauté de son pelage ou sa taille. (2)

Questions fréquemment posées sur le chat géant

Existe-t-il des chats géants ?

Il existe des chats hors-norme, c’est-à-dire plus grands que la moyenne, qui est fièrement représentée par nos chats de gouttière.

Toutefois, le terme de géant n’est pas officiel, et il n’y a pas un gabarit particulier à partir duquel on estime qu’un chat est géant.

Certaines races de matous peuvent peser plus de 10 kg, quand les chats de gouttière en font généralement 4,5kg en moyenne.

Existe-t-il des chats atteints de gigantisme ?

Oui, un chat peut être atteint de gigantisme, une maladie qui touche à peu près toutes les espèces et provoque une croissance anormale.

Bien que le gigantisme soit une maladie rare, elle touche plus fréquemment le chat que le chien. On suppose, par ailleurs, qu’elle pourrait être sous-diagnostiquée.

Le gigantisme est toutefois une maladie grave, qui engendre des mutations morphologiques spécifiques, et les matous qui en sont atteints ne sauraient être confondus avec un chat « géant » issu d’une grande race.

Comment adopter un chat géant ?

Si vous souhaitez adopter un chat géant, il faut vous renseigner sur les races de chats qui présentent les gabarits les plus impressionnants, comme le Savannah, le Maine Coon ou le Norvégien.

Attention toutefois à ne pas vous concentrer uniquement sur la taille de votre chat : il est essentiel de prendre en compte son caractère et ses besoins, propres à chaque race et à chaque chat, pour vous assurer de pouvoir en prendre soin et vivre en harmonie sur le long terme.

Où adopter un chat géant ?

Un chat géant peut être adopté auprès d’éleveurs professionnels qui produisent des races de grande taille, comme le Maine Coon, le Norvégien et le Savannah.

On en trouve également dans les refuges, ce qui vous coutera moins cher et vous offrira la chance d’effectuer une très belle action.

En revanche, il est essentiel de ne pas acheter un chat géant en animalerie, ces structures étant souvent impliquées dans des actes de maltraitances animales, tant en se fournissant auprès d’élevages étrangers où les animaux se reproduisent dans des conditions épouvantables qu’en négligeant tous les besoins des chatons enfermés dans leurs vitrines.

Avoir un chat géant est le rêve de bien des maîtres, et il faut avouer qu’il est difficile de ne pas craquer devant ces matous aux airs de grands fauves qui imposent le respect.

Avant d’adopter un joli Norvégien, un adorable Ragdoll ou un Chartreux bien charpenté, n’oubliez pas de bien vous renseigner sur le caractère de ces animaux.

Selon la race à laquelle il appartient, un chat sera plus susceptible d’être vif, timide, discret, méfiant, affectueux ou pot de colle, autant de critères qui vont grandement impacter votre future relation.

Vous êtes l’heureux propriétaire d’un chat géant ? Partagez votre expérience en commentaire de cet article !


Laisser un commentaire