Chat qui a de la fièvre : causes, symptômes et traitements

Être capable de déterminer si un chat a de la fièvre et savoir comment réagir dans cette situation peut être décisif pour la santé de votre matou.

Si la fièvre n’est pas systématiquement associée à une maladie, c’est cependant souvent le cas, et ce symptôme ne doit jamais être négligé.

Savoir prendre la température de sa boule de poils lorsqu’elle semble être dans une petite forme est aussi extrêmement utile pour jauger de la gravité de son état et agir en conséquence.

La fièvre chez le chat, c’est quoi ?

La fièvre est un mécanisme de défense provoqué par l’organisme du chat en réaction à une agression, généralement infectieuse.

Ce n’est donc pas une maladie, mais plus volontiers un symptôme, bien que l’on parle techniquement d’un état de l’organisme.

La température corporelle d’un chat en bonne santé se situe entre 38°C et 39°C. Au-delà de 39°C, on parle de fièvre, et quand la température du chat dépasse les 41,5°C, il s’agit le plus souvent d’une hyperthermie liée à des facteurs environnementaux.

La fièvre ne doit pas être confondue avec une hyperthermie provoquée par des facteurs environnementaux, qui n’est pas le fruit de l’organisme du chat et n’est pas maîtrisée par ce dernier.

L’hyperthermie, qui survient lors d’un coup de chaleur, par exemple, s’accompagne de signes cliniques typiques (halètements, difficultés respiratoires, agitation, etc.). Si elle n’est pas stoppée rapidement, elle est généralement mortelle.

La fièvre présente des symptômes plus silencieux, presque invisibles (fatigue, courbature, manque d’appétit, etc.) et est normalement bien maîtrisée par l’organisme chez le chat adulte en santé.

La fièvre est contrôlée par l’hypothalamus, une glande du cerveau qui stimule les neurones périphériques déclenchant la diminution et l’augmentation de chaleur corporelle.

En cas d’infection, certaines cellules du corps, et notamment les globules blancs, produisent des pyrogènes, substance interférant avec la régulation de la température.

L’augmentation de la température du chat stimule alors ses défenses immunitaires pour lutter contre les pathogènes à l’origine de la réaction des globules blancs.

En temps normal, la fièvre évolue selon 3 phases : augmentation, plateau et chute. Il arrive que l’organisme du chat peine à maîtriser ces phases, surtout chez le chaton, et que la température augmente déraisonnablement sans atteindre le troisième stade, mettant alors les jours du chat en danger. (1)

Causes de la fièvre chez le chat

Comme évoqué dans le paragraphe précédent, la fièvre est un état, et non une maladie. Elle peut survenir en réaction à de nombreuses causes différentes, c’est pourquoi il est hautement recommandé de consulter un vétérinaire pour poser un diagnostic fiable quand un chat a de la température.

Les infections bactériennes et virales sont des causes communes de fièvres, sans doute les plus connues par les maîtres de chats.

Il faut noter qu’en cas d’infection par un virus ou une bactérie, quel qu’il soit, la fièvre est toujours considérée comme un facteur de gravité.

Certaines infestations par des parasites, et notamment des protozoaires, peuvent également déclencher de la fièvre.

Les parasites internes du chat se logent communément dans son intestin, mais peuvent aussi infester son sang, ses poumons ou son cœur. (2)

Les maladies inflammatoires sont aussi susceptibles de provoquer un état fiévreux chez le chat. Ces dernières sont encore mal connues, et leurs mécanismes ne sont pas toujours formellement identifiés.

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, notamment, sont relativement fréquentes chez nos boules de poils. Les épisodes de fièvre s’accompagnent généralement de troubles digestifs plus ou moins discrets.

Autres causes possibles de fièvres, souvent complexes à diagnostiquer et heureusement plus rares : les maladies auto-immunes.

Ces dernières impliquent une hyper sensibilité du système immunitaire du chat, qui attaque alors des cellules saines de l’organisme ou surréagit à la présence de pathogènes, ce qui entraîne des réactions inflammatoires parfois impressionnantes.

Cela peut paraître étonnant tant nous sommes habitués à mettre la fièvre en relation avec des maladies bactériennes et virales, mais des tumeurs cancéreuses, blessures, nécroses et abcès peuvent aussi être en cause.

Enfin, il existe des formes de fièvres idiopathiques, c’est-à-dire dont on ne parvient pas à diagnostiquer la source, et qui ne s’accompagnent d’aucun autre symptôme.

Chat qui a de la fièvre : ce qu’il ne faut pas faire

Les maîtres de chats qui ont de la fièvre font souvent deux erreurs communes : celle de tenter de faire baisser la température de leur animal, ou, à l’inverse, celle de le laisser comme tel, en songeant que sa fièvre va le guérir.

Dans les faits, il est essentiel de ne pas faire baisser la température de son chat quand il a de la fièvre, à moins qu’elle ne monte au-delà de 41,5°C, devenant alors dangereuse pour son organisme.

Puisqu’il s’agit d’un mécanisme de défense, elle est essentielle pour ralentir l’évolution de la maladie jusqu’à la prise en charge de l’animal par un vétérinaire.

Ce qui nous mène à la seconde erreur commune des maîtres : il est bel et bien indispensable de conduire un chat fiévreux chez un vétérinaire, et sa fièvre ne suffira généralement pas à le guérir.

Pour bien comprendre ce paradoxe, il faut savoir que la fièvre serait en fait un reliquat d’un mécanisme de défense immunitaire, issu de lointains ancêtres à sang froid – ces derniers pouvant augmenter leur température bien plus drastiquement que les mammifères sans courir de danger.

Chez les mammifères à sang chaud, chat comme humain, la fièvre entraîne une augmentation de la température très modérée – quand elle est bien contrôlée, et son efficacité est donc très limitée.

Pour cause, quand la fièvre monte au-delà de 41,5°C, ce qui peut survenir en cas d’infection par un pathogène très virulent, elle risque d’engendrer des séquelles sévères, notamment nerveuses.

Pour conclure, la fièvre chez le chat ne doit pas être baissée quand elle reste en dessous de 41,5°C, car elle demeure mieux que rien tant que l’animal n’est pas traité par un vétérinaire.

Son efficacité contre les pathogènes demeure cependant très limitée, et une prise en charge vétérinaire est indispensable pour offrir au chat un bon pronostic.

Aussi, notez que l’automédication est interdite : les médicaments pour humains sont presque tous hautement toxiques pour les chats, et les médicaments pour félins ne doivent être donnés à votre compagnon que sur recommandation vétérinaire.

Chat qui a de la fièvre : ce qu’il faut faire

Lorsque votre chat a de la fièvre, il est essentiel de le conduire chez un vétérinaire. Comme évoqué plus haut dans cet article, la fièvre est un facteur de gravité en cas de maladie féline.

Par ailleurs, l’augmentation de la température de l’animal peut occasionner une déshydratation potentiellement fatale, notamment chez le jeune chaton, ou laisser des séquelles importantes à vie.

Les chatons, encore eux, ne sont pas encore parfaitement capables de maîtriser leur température corporelle et leur organisme peut « perdre le contrôle » de sa fièvre, la faisant durer ou s’élever anormalement.

D’une manière générale, la cause d’un état fiévreux chez le chat ne guérira pas spontanément, et seul un vétérinaire pourra la diagnostiquer et la traiter correctement.

Notez que si l’épisode de fièvre est bref, cela ne signifie pas pour autant que votre matou n’a souffert que d’une petite maladie temporaire.

Certaines infections graves, comme le FIV du chat, se traduisent par un pic de fièvre plutôt discret au moment de la contamination, à la suite de quoi le chat reste porteur sain de la maladie des mois, voire des années, avant que le virus ne se réveille et ne cause des symptômes – parfois mortels.

Questions fréquemment posées sur la fièvre chez le chat

Peut-on savoir si un chat a de la fièvre sans thermomètre ?

Le seul moyen de savoir si un chat a de la fièvre et de prendre sa température avec un thermomètre rectal. L’utilisation d’un thermomètre pour bébé à embout souple, que l’on trouve en pharmacie, en grande surface ou chez le vétérinaire est préconisée.

Quelle est la température normale d’un chat ?

La température corporelle d’un chat se situe normalement entre 38°C et 39°C, elle est donc naturellement un peu plus élevée que celle des humains.

Faut-il faire baisser la fièvre d’un chat ?

Non, il est recommandé de ne pas faire baisser la température de votre chat tant qu’il n’a pas été pris en charge par un vétérinaire, sauf si elle dépasse les 41,5°C, auquel cas elle devient dangereuse pour sa santé.

Mon chat a de la fièvre, que faire ?

Si votre chat a de la fièvre, il est essentiel de le conduire chez un vétérinaire qui recherchera la cause du problème et mettra en œuvre un traitement adapté.

La fièvre est toujours un facteur de gravité en cas de maladie, il est donc essentiel ne pas tarder avant de faire soigner votre boule de poil.

La fièvre chez le chaton, le chat âgé ou le chat malade ou convalescent est particulièrement préoccupante.

En conclusion

Un chat qui a de la fièvre ne doit pas être négligé, car ce mécanisme de défense ne suffira pas à le guérir et traduit potentiellement une maladie grave.

Conduire votre animal chez un vétérinaire quand il est souffrant est toujours la meilleure façon d’en prendre soin et de lui offrir le meilleur pronostic.

En cas d’infection, mais aussi de cancer ou de troubles métaboliques, une prise en charge précoce offre toujours de meilleures chances de survie et de guérison complète à votre compagnon.

Il vous reste encore des questions sur la fièvre du chat et ses conséquences sur la santé de votre matou ? Posez-les-nous dans les commentaires !


Laisser un commentaire